Journal poétique / www.jouyanna.ch

laborieuse

mercredi 23 juillet 2014, par Anna Jouy

quelques degrés. Pas de quoi se mettre au vert. Juste peut-être au blues. L’occasion de reprendre textes et poèmes les uns derrière les autres. Le travail d’épuration. Jeter garder suivre jour après jour mes traces. Je deviens mon propre critique. Si j’étais un autre, aurais-je aimé lire cela ? Aurais-je trouvé à ces phrases quelque chose de plaisant, quelque chose à troubler l’oeil ? Comment donc le savoir ? Je suis mon propre rein. Je produis le fruit et distille ses liqueurs. Garder l’essentiel quitte à pousser dehors des détritus que d’autres auraient peut-être aimés ? Ou tout conserver en songeant que le temps finira le tri ? Il y a au centre de ce long monologue, une magie que je suis peut-être seule à reconnaître, l’ensorcellement posé comme un onguent sur la parole. Et si ne serait-ce que deux ou trois textes lui sont dus et qu’ils ont éclos en beauté alors oui voici du sortilège. Face à ces sortes d’enchantements je baisse la tête. La vie vaut plus que moi vive.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.