Journal poétique / www.jouyanna.ch

poème

jeudi 24 juillet 2014, par Anna Jouy

habiter tes légendes m’y balader y respirer comme on ouvre une boîte où resterait la saveur
par saccades de nez.
cependant ne rien savoir
faire face à ce qui n’existe jamais
ce temps est le mien
un autre dort sous tes paumes
rien de toi n’est à ma portée
je mourrai sans jamais connaître
tout est bien trop réel
il n’y a pas de sang sous le fuseau des cils
ne suffit pas de sentir tes contours pour qu’une statue revienne à ma vie
j’ouvre des chemins du crâne jusqu’au cœur
des friches à battre à la machette
le mur de ronces qui enferme mes jours endort dans mon lit l’espoir de ta bouche


reprise

Rodin

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.