Journal poétique / www.jouyanna.ch

un peu de vent

mercredi 30 juillet 2014, par Anna Jouy

Le vent charrie ses forêts dans mon crâne. il saigne jusqu’aux doigts ses gelures. J’en cause... de la douleur qu’il bat, de la gifle de branches, des racines à vif. Le vent que je dis mien et qui est le ravisseur de vie, mon syndrome de Stockholm. Et chaque fois qu’il vient, je lui offre mes seins, mes gammes de substance, mes essais de vivre. Son fouet est ma récompense, le carquois de ses aiguilles ; j’ai mal et je crois vivre.
Dans ce paysage, ces terres inondées des foutres du blizzard, je trace le loup, la perdrix ou le lièvre des neiges, un animal fétiche pour rabattre le vivant. Blancheur sur du blanc pour aveugler ma nuit. Rien ne me console, rien ne m’arrête. Je dissous ma fuite, mes matières, mes gangrènes dans tes semblances. J’invente ma vie mais mon inexistence... Toi le passager des rails noirs, ton charbon trace. Ta craie ne marquera pas mes contours, tu vis ta terre et je n’ai que du vent.


avant l’hiver

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.