Journal poétique / www.jouyanna.ch

poème

mercredi 13 août 2014, par Anna Jouy

pose sur moi une parole un onguent de simples mots quand je brûle.
pose sur moi ce geste guérisseur, que je m’assure n’être pas perdue et que j’ancre un instant mon être quand je me liquéfie.

je le sais bien, être aimé de moi ne ferait grandir personne,

comme tant d’humains, par fleuves entiers, à charrier des éclats de pépites qui n’orneront que les secrets du monde.

il faut modeste élaguer mon arbre, tailler la haie des figures qui longent l’existence, accepter leur départ
prendre la veste solitaire, la veste sans carrure

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.