Journal poétique / www.jouyanna.ch

vent

lundi 18 août 2014, par Anna Jouy

le vent. on dit qu’il est espiègle. moi je le trouve le plus souvent distant, toujours au-dessus de la mêlée, surtout quand il travaille le ciel, qu’il nettoie, qu’il purifie...

me fait penser à l’amour insaisissable, me fait penser à la vie qui n’est guère plus "préhensible".
le vent, un vaporisateur en continu de nostalgies diverses et ce jour en est rempli. en fait c’est l’essentiel de ce qui passe et se passe:le courant d’air et tout fout le camp...

je pourrais faire n’importe quoi que ce serait toujours cette indéfinie sensation de flottement, de décalage aussi, moi et la vie, toujours l’image floue.

et puisle rappel de l’ennui, d’un ennui profond et qu’aucune activité ne peut chasser ou éloigner. un ennui de déportée, d’exilée, un ennui d’extraterrestre oubliée ici quand tous les autres sont partis pour le vrai monde. le vent me laisse abandonnée parce que je suis un solide non transportable, une matière qui ne sera jamais un nuage. je me sens si lourde...

faudrait pouvoir s’asseoir et dire quelque chose, une formule magique pour tout arrêter. mais ici et dans mes rêves je ne trouve pas le repos que réclament ma peur et l’ennui... je me sens comme un enfant, face à un problème hors de ses moyens, le ventre qui serre et les nerfs à vif.
c’est un jour où le vent dissémine l’inquiétude et m’envoûte de ce truc qu’on ne peut confier à personne, sa vie.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.