Journal poétique / www.jouyanna.ch

James Foley

mercredi 20 août 2014, par Anna Jouy

ce sera pour la nuit, pour plus tard. je descendrai la lumière au fusil ou à la machette, violences partagées.
faudra que je vive après, que j’ouvre tes obscurs nyctalopes. frappant et refrappant ma clarté contre le feu des ampoules.
ce sera ainsi, faudra que je presse et décapite moi aussi la lucidité : ce monde a besoin d’être éteint d’une claque et que des dieux hurleurs hantent les fous de la terreur.
il le faudra. déjà je sens que le ciel m’appuie contre son mur, déjà je sens frémir les briques chaudes sous le courant désert. déjà mon cœur est un cheval, une horde de gestes brisés, déjà je perds le sang des mots que j’ai couverts.
ce sera pour la nuit, pour maintenant, dans lequel j’écartèle ma vie, ma voix, ce que je garde au creux de ma pupille.
regarde-moi mon assassin et ose mettre ton œil dans celui du ciel.
je suis mort et maintenant commence la longue histoire de ton effroi.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.