Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 229

jeudi 21 août 2014, par Anna Jouy

tenir le souffle, creuser directement dans les poumons, dans la cage du souffle, la longueur de bruit que l’on veut faire.
il faut respirer profond et lentement avec une avarice contrôlée. expirer ensuite le mot à mot du texte.
j’ai couru sur le premier tour. et j’y suis allée à courtes foulées. j’ai terminé en cassant la corde avec un gros point sur le côté, rattrapée par mes imprécisions, mon manque d’endurance et mon impatience.

maintenant, c’est autre chose... devenir coureur de fond !

l’aube est toujours le meilleur terrain, celui qui recèle les engrais de la nuit. j’en usais pour des agrès..
elle reste, ouverte et généreuse pour ce nouvel exercice.
elle me montre qu’elle dure, qu’elle est un temps qui se déploie plus lentement que je ne tire les rideaux...que je peux en extraire non plus des cris, mais un fruit de thorax, de cet arbre empli de branches et d’alvéoles.

l’aube peut s’écrire comme on pousse un petit voilier sur un bassin dans les jardins du Luxembourg, comme on donne du vent au feu, en modulant l’oxygène.


Les petits voiliers du jardin du Luxembourg à Paris - Le blog de ...
frenchanticcat.over-blog.com1024 × 689

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.