Journal poétique / www.jouyanna.ch

labeur

vendredi 5 septembre 2014, par Anna Jouy

alors il faut se relever, comme si la nuit vous avait jeté des encoubles, chaussetrappes horizontales où s’allonger et mourir
cette résurrection, avec des assurances de fatigue, de lassitudes aux épaules. le bât et la grenaille

se redresser, sentir sous la main venir le poil et la caresse muette d’un rêve
se tendre, cou à la laisse, un nuage vous tire sous les grands arbres pour y déposer l’obole chienne et vos restes d’alcool.
je boirais je fumerais soudain et j’aurais pris un train...
mais ma main lisse ma chevelure et j’amidonne ma patience
fantôme droit mon âme se casse comme les hosties de vos dimanches

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.