Journal poétique / www.jouyanna.ch

paupières

samedi 20 septembre 2014, par Anna Jouy

l’instant précaire d’un oiseau
la nuit vous change la vue. il en faut des lucioles pour activer les rêves, bourdonner des intérieurs, des places rouges et des oranges astronomes.

toujours sous les paupières pauvres.

quelque chose de neuf comme un monde à découvert. tu tires volontiers dans l’état d’assoupissement des artifices à me péter le ventre et les matières
la nuit vous change la vie. vous feriez bien d’y croire il y a des bouches à air et des pédoncules de couleurs.

sous les paupières pauvres

restrictions spéculaires. les coraux de rivière s’ouvrent sans cesse jusqu’à
l’absorption finale, leurs goûts buvards, leurs succions sous-marines
la nuit vous change la mer.

et puis la mort aussi
et puis la mort aussi.


reprise

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.