Journal poétique / www.jouyanna.ch

observations

dimanche 21 septembre 2014, par Anna Jouy

ces absences de parfum le long de vous font des trous d’air dans mon souffle

une encre blanche traverse mon ciel comme un jet de mouettes, j’observe tout ce bleu qui s’abreuve bouche offerte.
des traînes absorbées, une sueur de crème dans un coup de soleil.

les palmes des moulins poussent le char des meules, le sens que prend tout manège.

deux aiguilles siphonnent les heures comme du jus dans des pailles coudées, je salive un temps de terrasse.

ton amour est de l’ordre des grands "cétacés", bleu, lourd, paisible comme tout ce qui est menacé

cela ne finit-il pas de se reprendre ?
cela ne se finit-il pas d’étayer les buées du cœur trop chaud sur la table du matin ?
cela ne se finit-il pas de recoudre mes chutes sur tes coupes ?
cela ne se finit-il pas de remonter au cric mes accidents cardiaques ?
cela ne se finit-il pas de chuchoter des tonnerres par peur de réveiller l’amour ?


reprise

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.