Journal poétique / www.jouyanna.ch

tendre à toi

samedi 27 septembre 2014, par Anna Jouy

Où mes coordonnées, où mon abscisse d’âme ?

De quel élan, sur quelle lance faut-il laisser tracer ce moineau mouillé qui me tient lieu de légèreté ?
Mes mots quadrillent les géographies de ton corps.

Où puis-je faire courbe et parallaxe, décentrer ma bouche vers des endroits nus ?

L’irréel me tient lieu de parapet. Je jette, sans me soucier des effets vissés de la chute, serpentins, colibris et feuillages.

Comment pourrais-je prendre alors position à l’orée de ta lèvre, planter là un astre
Ou la voie lactée sur demande, l’énorme.

Tu sais bien qu’on est des sorciers, qu’on lève des champs de sagaies en claquant un peu la langue.
Tu sais bien qu’on manie des chaudières de ventre, des poignées d’écume, du petit lait de volcan.
Que tout est cuit et recuit. Et qu’à ces croûtes de cendre on ne peut faire que l’escarbille.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.