Journal poétique / www.jouyanna.ch

Dans la chambre j’assemble tous les bois. Les...

samedi 11 octobre 2014, par Anna Jouy

Dans la chambre j’assemble tous les bois.
Les cèdres, les bâtons, les figuiers et allumettes
notre fagot doit grimper à pleines marches jusqu’au tas mort de mon ciel

Je n’excuse aucun feu, aucun désastre de fumées. L’incendie est une option qu’on ne gravira pas.

J’assemble l’effusion, des sèves les rudes écorces. Tu te tiens à la voûte, je monte !

C’est un travail ardu que de tisser le radeau
Un travail où ma salive joue mal des cordes de l’emploi.
Ce sont des lianes trop fluettes ; des esprits dedans y nagent et courent.
Possiblement le totem de ma vieille forêt.

Dans ma chambre cette longue palissade où tu perces des trous à l’aide de flaques noires.
Je colle mon œil à ces fenêtres.
Tu n’es jamais derrière et j’entends dans le cirque de la lune ton rire qui se fout bien de moi.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.