Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 267

mercredi 15 octobre 2014, par Anna Jouy

Il n’y a rien d’autre, que cet attrait, l’aimant du centre des choses. Ma limaille tend vers ton cœur au bal d’atomes et dedans chacun d’eux ma danse s’y affole.
Il n’y a rien d’autre, à n’importe quelle montagne quel polder, que le fluide penchant du champ de mines vers la moindre étincelle.
Je sens mon âme bouge, elle adhère à ma peau, et ma peau qui s’étire joindre le derme du monde
et dedans, au plus loin, plus secret et plus fort de cette marée de désir, le cantique des osmoses, ma vie au cœur des choses
Il n’y a rien d’autre, que cette route qui fait croire que je m’éloigne et me disperse, abolir les frontières, mais chaque pas m’accueille au lit du puits. J’enfonce à vif dans la profondeur et la béance des blessures.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.