Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 294

jeudi 20 novembre 2014, par Anna Jouy

L’inconfort d’une nuit qui manque, qui manque de mains et de bagues pour recompter le passé
De dents pour mordre ou pour claquer et déglutir son morceau d’avenir
De cinquante cheveux au moins qui sont tombés hier, le corail de pensées, perdu, la barrière unique alors de crâne avant la mort

L’inconfort des rigueurs du rêve, cette carence grave dans l’équilibre des échasses
Du mouvement que c’est de dormir dans la pénurie, une pierre qui roule sans lit et sans rivière
De creuser le derrick, la pompe à air, pour un peu d’antipodes sous la gravité

L’inconfort d’un sommeil où décompter l’absence par les 4 points cardinaux, croix de bois croix de fer si je dors je vais en Enfer.
Dans la lacune ordinaire, les factures impayées de la lumière et leurs coupures. Je suis cisaillée intermittente, trois minutes de néon et le néant qui envahit le dortoir

L’inconfort de cette prière d’insérer ma vie dans le planning d’un autre, et l’agenda des remises à la glin glin
et ce réveil qui sonne...

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.