Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 303

dimanche 30 novembre 2014, par Anna Jouy

Je ne suis pas le début d’une conversation. Pas l’ouverture de la scène des lèvres.
J’estompe ma présence.
J’efface petit à petit dans la mesure juste des mots. Disparaitre et laisser l’arrière-plan advenir. En arriver à ne plus exister.
Car ce monde n’a cure de l’être.

Il faudrait se pouvoir raide et dure. Perdre l’état comateux de l’émoi. Planter les phrases comme des cages dans l’arène et les fauves dedans. La voix est un danger immense de dents et de canines.
Mais on fouette des chats en prétendant aux tigres.
Cirque illusionniste pour des paroles sous hypnose. "poète, toi aussi, tu diras ce que l’on veut". Les mots ont été dressés, élevage de bovins pour l’abattage. Ils disent ce qu’il faut dire, l’air du temps, des nuques basses. Marionnettes d’eux-mêmes, ils s’annulent et amusent la galerie. Épates insubstantielles.
j’en appelle aux surréalistes, cette poésie de la liberté. Pas pour rien qu’on serre au goulet tout ce qui en appelle à l’être. Et comme de grands niais, nous autres nous nous amusons avec nos plots, nos mots, notre vocabulaire emparqué bétail des poètes sans étoile.


Taktouka - طقطــوقـــة : septembre 2010
taktouka-blog.blogspot.com680 × 412Recherche par image

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.