Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 316

vendredi 26 décembre 2014, par Anna Jouy

et tandis que dans la rue je cherche, une marche friable, des gens authentiques, en fait bien moins des gens sincères que des images consistantes, des existences apparues.

personne ne vit. que des fluorescences entre des pages, leurs auras de pixels.
fixer le regard, ce qu’on voit, avec des punaises. le bois du ciel est trop dur.

il y a aussi des sons fuselés dans les modules du silence, cage de Faraday du bruit, dans laquelle se fondent des battants d’airain de cloche.

souvenir, et l’autre jour remontant mon méridien avec un crochet d’appel planté dans le pôle de glace, le froid glissait jusqu’à moi.

je ne veux rien donner à un preneur d’images, mon intérieur a bien trop peur de ne plus jamais revenir vers le nid du corps. je couvre de noir le jour qui m’a vue trop nue. je disparais dans l’indifférence et désormais je chargerai une application continue à rédiger petit dans une graphie minimum. on pourrait aller jusqu’à s’annihiler ; je nage dans le scaphandre de ma montre, aiguilles tuba

sauter cette année mettre sous tipex l’avenir déjà trop bien écrit puis gratter des lettres neuves. devoir suivre ses propres lignes l’œil rivé au destin. me réajuster en somme, ficher une tremblée à l’ensemble d’os. faire sursauter le truc empilé qui me constitue, mal, jusqu’à trouver l’équilibre des choses stables
m’obliger à suivre des idées blanches jusqu’au plus loin de leurs apparences. m’apercevoir peut-être qu’elles génèreront des quantités d’images- authentiques- dont j’ignorais la prolifération possible.


..
alainramos.canalblog.com805 × 453

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.