Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 319

lundi 29 décembre 2014, par Anna Jouy

Ouvrir le mot, sa pliure marquée à la page du cent fois
Ouvrir celui –ci avec le couteau à huître le linge à la main pour le jus pour le sang
S’attendre à ce qu’il palpite ou tremble
Et cette vie qui y bat
Ouvrir le mot et pousser dedans l’amour qu’on a, que ça rentre, que ça veuille bien rentrer jusqu’à l’enfance, ce dernier nerf électrique.
Pousser pousser l’épaule n’y suffit pas
Il a éventé sa surface, fabriqué des stases d’eau, des ventricules de réserve
Un territoire à définir
Là-haut s’envole la fumée de mon réduit de cendre
Ouvrir le mal mot, ces pluriels interminables
Comme des nœuds de veine ou de gras
Dedans on m’a dit…dedans.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.