Journal poétique / www.jouyanna.ch

Me rendre. La fenêtre donne sur la pluie. Même...

vendredi 2 janvier 2015, par Anna Jouy

Me rendre. La fenêtre donne sur la pluie. Même transparence, même froid. Me dire que ce qui coule vaut bien ce qui monte, car ne montent que des pensées de saison et de feuilles.

Saison est un mot qui supporte les ajouts, les compositions, tout est permis ; de saisons et des morts, de saisons et d’amour.. Une saison en enfer et la saison des pluies. Tout va.

L’hiver commence comme un film sous le verre : la table des sables est propre et lisse. Je pose ma main dessus et je sens que le monde fait ses chutes. Je vais tout près. La buée vient là, pour y dresser une table de cœurs et de flèches. J’exerce la scène. Je répète mon haleine. Des reprises essentielles.

Quand il fait ce gris sans nuance, même ma parole est pure. Sans scories, sans chiures de mouche, sans cette trace poussiéreuse d’une pluie qui déposa son ombre ici.
Me rendre. La fenêtre donne sur la nouvelle vie. Je porte mon scaphandre, torpille mésoscaphe.

Ailleurs fait de bulles, on appelle ça la pluie.


blog.moutons-electriques.fr1024 × 645 Mésoscaphe de Piccard dans le Léman

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.