Journal poétique / www.jouyanna.ch

minimum

vendredi 9 janvier 2015, par Anna Jouy

parfois il me vient l’envie de tout raccourcir, d’abréger les mots et de garnir le temps de points de suspension. à suivre dirait le fond de page, laissant des jours ou des aventures, compressés entre des herbiers d’intrigues. je condenserais le poème en petits tas de vers, je prononcerais des demi -mots, j’abuserais des etc. comme pour laisser à d’autre le soin de terminer mes phrases. je minimaliserais minimum, j’optimiserais le soupir, je réduirais mes sueurs à une perle sur ma lèvre. je dirais ..débrouille-toi avec mes efforts, fais-en tes solutions dissolues, dilue mon esprit à la lie, je ne sais plus qu’épeler, syllaber l’avenir.
parfois je me dis qu’il suffirait de trouver le seul mot, le dernier, indicible entre des milliers, pour que quelque chose cède, là-bas et que dans cette quête, mieux vaut jeter en effet ses césures dans l’escarcelle du hasard .

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.