Journal poétique / www.jouyanna.ch

assiette creuse

jeudi 15 janvier 2015, par Anna Jouy

Défaillance. À le dire on sent une vaisselle brisée. Une assiette, les clefs qu’on a mises dedans, à l’entrée et puis sa main toute entière, dégantée, ongles et anneaux.. On a jeté là beaucoup de revenirs, -l’éternel retour-, ces moments où s’effacent les départs, le trait qu’on a tiré d’une aube à son crépuscule. On jette ses clefs, le fond de ses poches. L’assiette sonne creux, soupe aux cailloux, aux boulons, aux papiers qui emballent la gourmandise, à la ficelle qui retient.
On dépose. Dans la soucoupe qu’on a choisie, un jour , belle ou spéciale, très laide peut-être, unique en somme, et qu’on a placée là, entre des piles de courriers ou de fascicules, pour y mettre ce qu’il fallait de « va-t-en » et puis nos regrets, notre nostalgie de n’avoir jamais rien fait que boucler le temps. Elle est là, réceptacle du nomade inachevé.
Et puis les clefs se font lourdes. On a de plus en plus de portes à ouvrir et fermer. Le geste est plus radical- bon débarras-, les sensations coupables de sédentarisme, plus pesantes. On lâche avec mépris le trousseau. On veut que ça fouette, on bazarde son fardeau et ses serrures. Et l’assiette creuse se rompt. Défaillance. Le petit commerce tombe par terre. Sa vie à remettre au rémouleur, au raccommodeur de faïences… ou alors changer de demeure.


passions-du-sud.over-blog.com400 × 295

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.