Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 334

vendredi 16 janvier 2015, par Anna Jouy

te prendre au mot, à celui qui tombait de tes lèvres. on a imagé le discours, et des perles et des roses. tu disais : j’existe, je suis. ils ont applaudi, oui tu existes.
Puis, ils ont dit pareil, y mêlant crapauds, vipères et orvets, le gluant de ce qui t’a roulé dans la salive.
te prendre au mot, encouble grave. collier ou filet, collet filé. on attrape le chien qui erre au petit lasso. ensuite il aura beau crier, il aura fini d’avancer, n’est-ce pas... piégé.
te prendre au mot, t’y coller adhésif fort, double glu.

mais voici le plafond solide de ton nouveau ciel, la prison est un azur bas de plomb, tu resteras sous le même nuage. tu apprivoiseras la hauteur indécente de ta cage, tomberas chaque nuit dedans, car dans le noir, le monde est vide vide...inhumain.
tu te prendras à ce mot.

les gens qui dorment dans le noir ne saisissent pas la portée de leur rêve. ils courent dans la volée des sagittaires, offrent leur corps à l’apogée des cribles. un vent mitraille la lumière et les voilà percés inutiles, la nuit ne tamise que l’obscur...

l’embrigadement de ces hommes si pauvres qu’ils vendent leur âme


New york en cage 2/2 | No Borders No Limits
www.nobordersnolimits.com1067 × 800Recherche par image

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.