Journal poétique / www.jouyanna.ch

...puis il m’apparut que je n’avais aucune...

mardi 17 février 2015, par Anna Jouy

...puis il m’apparut que je n’avais aucune raison d’être si tendue. je mettais dans chaque événement des significations qui n’existaient pas vraiment, une habitude de "romancer" de manière ininterrompue ma morne existence. j’essayais les rôles, donnais ainsi des substances à des choses toutes plus vides les unes que les autres.
j’essayais à peine de m’échapper de ce cercle étrange, cette aura nébuleuse qui parait ma vie d’apparences.
la meilleure chose que j’allais pouvoir faire, c’était de sourire et tenter d’amadouer les cieux. le ciel était très bas.
loin, un soleil indéfini perçait la brume. on disait qu’il faisait beau, comme si le brouillard n’était qu’un leurre posé sur le paysage en même temps que nos yeux. il fallait sourire, c’était la meilleure arme que j’avais et puis organiser la résistance.
le temps se déroulait à la vitesse du train, j’avais le sentiment d’une lenteur mais ce n’était qu’un illusion de plus dans l’éclat de ce jour...

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.