Journal poétique / www.jouyanna.ch

sans

dimanche 22 février 2015, par Anna Jouy

Il n’y aura pas de poème, ta main a brouillé mon ciel
Ta main qui appelle qui noie le nuage et moi
Dedans
Je commençais à lire, à lire et le fil décousu des mots remaillait en moi, un chant
Je sentais monter un rire, plus triste encore que la paille et le feu des mirages
Je voulais l’attraper. Faire un foulard le porter, nouer tout ce qu’il faut pour me pendre.
Tu sais la mort, la terrible nostalgie que l’on a d’en avoir été, il y a longtemps et qui nous refoule de craintes et d’hébétude. Je suis tétanisée.
Quelque chose venait dans le ciel et ta main

Il n’y aura rien que la lourdeur des aiguilles, le mélèze qui dort sous la neige, et mon pas si terrien, si bête, si muet…


Nicolaus capture toute la puissance des intempéries au-dessus des ...
dailygeekshow.com1200 × 675

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.