Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 367

mardi 24 février 2015, par Anna Jouy

Tirage au sort des mots du matin. Déterminé par la main, la pulsion ou alors la nonchalance peut-être… Le hasard a quelque chose de si impérieux ; il ne tergiverse pas, il s’impose. Tout le contraire de l’indolence qui est du domaine de l’inattention. Le hasard élève des gabarits, profile le bâti du texte futur, investit le terrain de la pensée. On a devant soi un champ de propositions où faire grandir ses propres architectures. Le hasard, c’est le préposé aux données, aux matières, les paramètres et les conditions dont il faut tenir compte. Les mots tirés du sac contiennent des milliers de formules. Ce matin j’entends : le voleur bâclé. Je ne sais encore qu’en faire mais le charme étonnant de la donne me portera sur le qui-vive quelques heures durant, sans doute...

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.