Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 370

dimanche 1er mars 2015, par Anna Jouy

Choisir alors tendre. Ce penchant qu’a mon ciel à détourner la tête. Ailleurs. Dans la compagnie d’un soupir, d’un monocle, d’un détournement de vacarme, entée d’une camisole de peau, papilles laquées d’un savon aseptique.
L’épuisement de ma voix qui disparait de l’espace et du saisissement, cavalerie fantôme dans les steppes du chant, l’écroulement des constructions, piliers de bar, à l’aube un dernier pour la route ? Le livide gagne les canaux du fluide.
Je n’entends plus qu’une pluie piquant les bûches froides, ce « pépié » du bois qui a rendu tout feu, tout flammes. L’escarbille du son, la pluie joue des substances de moineaux. Je m’étonne des grains solitaires du nuage qui chutent du ciel pour me parler, animer l’âtre mort, fidèles d’un drôle de dimanche.


L’atre du maréchal par michel guenanten sur L’
photos.linternaute.com750 × 499

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.