Journal poétique / www.jouyanna.ch

sept matins passés et ce midi... il y a d’un...

jeudi 26 mars 2015, par Anna Jouy

sept matins passés et ce midi... il y a d’un bout à l’autre de la Terre des êtres qui ne savent pas à quoi ressemble le lointain mais qui connaissent pratiquement tout de quelqu’un que le voisin de ce dernier ignore !
l’esprit est happé par la télépathie technologique où la connaissance d’un humain n’est même plus utile pour toucher son âme.
mais il peut arriver soudain que la distance sorte ses corollaires de thésaurus : garder ses distances, tenir à distance... le temps réapparaît alors sous d’autres masques : l’impatience, la "trépignation", l’attente. l’esprit est déboussolé, il suffoque, enrage, s’affole peut-être de ce déport dans la réalité. voilà comment des termes usités uniquement pour dire des aspects psychiques de notre nature recréent la véritable distance, l’espace et le temps qu’on croyait avoir abolis. oh !que oui ! alors le monde est vaste !

décidément sur Terre rien ne se perd et tout se récupère.

< >

Messages

  • Il y a quand même des choses qui se perdent... Ai lu " Pas pleurer" de L.Salvayre, revu "Àdalen 31" de Bo Widerberg et garde la sensation diffuse de revivre le même climat précaire, pervers et pré-guerre des années 30 ... où sont passées les solidarités, les luttes ? Tout est parti en fumée ... et pas pour la 1 ère fois. On perd trop à chaque fois...c’est désespérant. Et pendant ce temps-là d’autres, très solidaires, se partagent les dividendes goguenards.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.