Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 395

mercredi 15 avril 2015, par Anna Jouy

L’œil sur le lisse bleu ciel, le lisse froid encore, la paroi verglacée du matin. Rien n’accroche, tout est poli, parfait. Aucune éclosion de bulles ou de mouche dans le sirupeux curaçao de cette aube. Monter des semelles anti dérapantes, adhérer ventouser l’exploit au marbre d’un nouveau jour. Parfois les catafalques sont debout. Les franchir. Reprendre, gravir jusqu’à la poche d’air d’une oasis d’altitude, là où respirer. Migrer d’altitude. Jouer son araignée du matin chagrin et tomber espoir plus loin dans le versant grumeleux de l’après-midi. L’air est une épaisseur. Il plombe le thorax : vous n’êtes pas des oiseaux. Vous êtes pesant dessous. L’air est dur, il déverse son béton dans la citerne. Vous n’avez aucun vol prévu. Il faut prendre son pied. Varapper.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.