Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 396

jeudi 16 avril 2015, par Anna Jouy

Tu naitras. La nuit aura sa défaillance. Elle te gardait dans son ventre au cul du diable. Tu devais y rester. Tu l’aurais voulu peut-être, pour demeurer virtuose des orchestres de mouches du rêve. Tu naitras, comme la mer renvoie des algues, des palmes, la bouteille d’un amour imputrescible, et des corps, salés et savonnés, d’une cloque d’eau trouble, d’un clapotis. Ploc, tu es. De ce côté-ci, l’herbe ne mûrit aucun poisson, tu seras appesanti, la conscience des étoiles te pétrifiera, granulat de l’obscène. Engrais de néant, la guerre en toi bricolera la mort aux mille manières. Tu seras un météore au coin de l’univers : l’âme braie et c’est tout. Tu inventeras sûrement une idole à trahir, un sabre, un crachat. Tu seras un homme, le mémoire vif du sanglant de ta naissance.


Yemen civilians shudder, bristle under bombing campaign - Times Union
www.timesunion.com628 × 381

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.