Journal poétique / www.jouyanna.ch

Interroger l’élévation, l’arbre, le mal de...

jeudi 16 avril 2015, par Anna Jouy

Interroger l’élévation, l’arbre, le mal de branches qui tend la prière. Je suis à l’horizon une saulaie, une bouleauseraie plutôt, noire et blanche. Tu sais mon problème avec les couleurs. Je suis des essences de pays nordiques. Ma vie est une forêt qui tire en avant. Parfois j’ai le sentiment qu’elle remplit beaucoup de territoire, qu’elle franchit des frontières. Imagine la Sibérie ... parfois ce n’est que le nid de geai dans une seule orée.

Interroger le puits, la profondeur sans cesse aller vers le tunnel, le derrick, interroger le noir enseveli. Maintenant, la question n’a plus même de formule. J’arrive là, je jette un sourcil depuis le bord, j’ouvre la bouche, je dis ma requête et j’attends. La balle du mot blesse sans doute quelqu’un ou une simple eau. Il y a ce bruit que fait l’impact du son quand il franchit le miroir. La part qui revient suffit à me rendre inquiète.

Interroger l’image, la largeur, prendre des mesures. On fait ça beaucoup, à tour de bras. On les espère longs mais en réalité, on en fait si vite le tour.
Prendre mesure d’un nuage qui éclot, l’évolution des cendres. Poursuivre l’enfant de notre mort, porte après porte. Il n’y a qu’un seul vol, de l’aile à l’aile, battre des bras, une vie de mouette. Aller dans les algues de la lumière : il n’y a rien de plus horizontal que la règle d’un œil.
Interroger la vapeur, je la soupçonne de connaître le temps, les variations d’état que nous estimons, les outils d’un horloger à la main. Inadéquations parfaites du déroulement de la vie et de nos observations. Nous traduisons en lignes - en écrivant aussi- des choses floues et parlons de temps quand il se pourrait que nous ne soyons que des expansions de souffle, des particules crachotées vaguement avec des restes de planètes. big bang. Je me sens libre de ne plus m’attacher au monde puisque je me dissipe.

Sans précipitation, mais me dissiper.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.