Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 397

vendredi 17 avril 2015, par Anna Jouy

Commencer le jour par un tu. Dis, comment vas-tu ?
Comment va « tu » ce coin de rue qui tourne à l’aventure des angles et des mystères ? Derrière, tu peux t’attendre à tout, même à toi. De la foison, de l’identique, du désert, le mur aussi.
Comment va ton « tu » ? Résonne-t-il, fait-il le creux dans la route ? A-t-il une apparence, un reflet un écho ? Chercher là, dans ce tu qui fait face, la paroi te renvoyant à toi-même. Sentir tu te sentir, te palper, redéfini. Ton informe, ton doute, ton flou qui précipite, comme une lie de cristaux dans un vieux fleuve de Chiroubles. Le tu magicien stoppe et clique, une fraction et te voilà, apparu, issu des apparences. Tu es, qu’importe au fond, le temps que ça dure. Tu étais dissous, une sorte d’état vaporeux de l’existence ; « tu » d’un œil te rassemble : laideron, beauté, maigreur, opulence... Tes mesures sont prises, ton costard est fait.

Commencer le jour par un tu. Dis, comment… ? Cette buée n’a pas de réponse

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.