Journal poétique / www.jouyanna.ch

Le carnet reste vide. Il désenfle du moi, du...

lundi 20 avril 2015, par Anna Jouy

Le carnet reste vide. Il désenfle du moi, du verbe je, de l’action elle… Il expire, il s’évide, crevaison de chambre à airs monoblocs. Il exhale, chasse à l’égo.
Le carnet « conceptionne » de l’encre en immaculé, conversion impeccable. Il blanchit, front mou face à l’alentour envahissant, situation de retranchement où le mot trop court, émondé aux moignons, ne sait plus résister, ni brandir.
Il s’efface, jusqu’au carré de survie, ultime pli avant la mise à sac. Il cherche encore d’un dernier sursaut à poèmer dans ces continents mulâtres, entre guerre et asphyxie, entre extension et noyau problématique où rétrécissent les images. Mais c’est maigre. Ne pas pouvoir lutter....

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.