Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 406

mardi 5 mai 2015, par Anna Jouy

Je ne rentre pas toujours chez moi. Il y a des endroits pires. Rentrer dans l’image par le regard grillagé du silence.
Visite incognito très privée. Le revers de la médaille, le peu reluisant. Le dessous des mailles avec ses reprises, ses points d’arrêt. Le mauvais côté. Je ne rentre pas toujours chez ce moi de façade, par le côté rue mais par la porte des sévices, par les communs. Le mal qu’on peut se faire, la raclée qu’on s’inflige d’être en retard de soi, de n’avoir pas acquis la mention, de l’imparfait, conjugaison régulière. J’ai rempli mon ventre d’un absurde besoin de dévoration. Ai pris tout ce qu’il y avait sous la main mais pas la vie qui fait anguille, qui échappe à la vorace- féroce ou le contraire. Ai tout bâfré me disant qu’il y aurait un énorme plein qui demanderait urgemment le vide vrai que je suis tout au fond, et tout rendre aussitôt. Et que j’allais de cet intime mouvement, droit sur toi, fonçant rapace vorace féroce, ma vie, te dépecer jusqu’à l’essentiel. Il s’agissait d’ascèse, de parvenir de dépouille en dépouille, à atteindre ce rien dont tu fus nourrie... Atteindre la vérité du verdict : Rien est un poète.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.