Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 409

lundi 11 mai 2015, par Anna Jouy

J’atteins le perdu. C’est un endroit où la tête s’éparpille. Petites gouttes pensées comme des billes et du verre pilé. La demeure qui résonne, la demeure de l’écho, la demeure. Ici les mains ont des crampes d’enfance, des fébriles cantates, battues à la baguette au rythme du poumon. On sent que la musique tâche de revenir aux poings, mais l’harmonie marchande le trottoir. Plus rien ne me rassemble, ni le mur, ni le désir. J’ai mis ma danse dans une horloge molle.
J’atteins. La tête clignote, breloques des espérances. Un coup c’est rouge un coup c’est noir. Mais qu’est-ce qu’une lumière si ce n’est la perte d’une étoile...

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.