Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 411

dimanche 17 mai 2015, par Anna Jouy

prendre les étoffes décousues,
tu sais comme la nuit est dissipée
ces pièces rapportées, solides encore, découpées hors des zones de doublure,
et réparer ces choses trop fines, la peau, les trames du cœur, le mucus de l’aube,
tu sais comme la nuit est dissipée.
rassembler cet épars, recoudre à ponts jetés
mais à la main cela triche avec la durée...tout s’écroulera
demain poursuivra ses jeux de sable, ses édifices de chapelure
et il y a tant de pain perdu, tu sais

certains jours demandent d’ouvrir largement ses bras. on sent qu’il importe de ramener vers son cœur, ces grains de planète qu’on dit atomes. remettre le big bang dans son œuf et attendre un oiseau meilleur. dimanche en éteignoir, l’idée fumeuse des mèches de l’amour... il fait gris. ouvrir chercher à retenir la fuite d’air, le chant épuisé. vouloir saisir en même temps, de ses doigts trop occupés, une ficelle à nouer. mettre en gerbe des tiges de vent. on n’a peur d’aucun exploit, on tente.

ailleurs, de sombres brutes liquident la beauté des hommes pour y mettre leur sang de pierre. Palmyre disparait.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.