Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 412

lundi 18 mai 2015, par Anna Jouy

retour dans le temps étroit des ordinaires. Il n’existe pas de territoire plus noir que ma chambre, ni plus vaste, ni plus. Tout s’y monte et s’y fait. Car j’y écarte les bras, là où se tiennent les joutes des matières. Terre crépie sur mes relâches humbles, place galvanisée de l’aube occluse de mon cœur. Y poussent les fruits de coronaires, pommes de poème. Et mon front y vient tâter son enduit, une histoire, un mot.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.