Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 414

jeudi 21 mai 2015, par Anna Jouy

Se donner un avenir à glissière, où l’éther semblerait une épaule, un bras, quelque chose à tenir près de soi, contraste relevé au défi élémentaire. Mettre un trait noir au corral des couleurs, contenir les lumières à leur séjour- tout ce soleil dissipé qui veut remonter sa rivière, frayer dans la nuit de sa naissance. Camper avec les sardines à mâchoires dans le terrain connu. Je n’en peux plus de la brasse manivelle, la flotte sans escarpe et personne à l’horizon des filatures. Je voudrais que le grand air ose des écorchures, qu’il brosse, un écouvillon dans la bouteille à la mer, que ça souffle au goulot, un chant décalotté. Une aube comme une alarme, la fin du monde, quand l’air a des doigts, des ongles, un parc barbelé. A quoi se raccrocher ?

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.