Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 417

mardi 26 mai 2015, par Anna Jouy

Et comme le ciel jette son pont de bras et de mer, apprendre à ployer. Briser l’écume aiguë, l’épieu trop coupant de la prière. Tant crier pour le chant d’un oiseau, quelle innocence humaine ! Apprendre à pousser dans le lierre de la voûte, la terre ronde tourne comme un bol de glaise. Faire corps avec la pergola du nuage, ce dos feuillu de l’éphémère. Songer au pollen de pluie, ces retombées de glycine quand s’effrite sa tonnelle. Je veux dormir en boule comme une planète qui rêve.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.