Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 423

mercredi 3 juin 2015, par Anna Jouy

Perdre son temps, comme le son d’un corps-poupée, semer au gravier du pas sa poudre fine. Parfois cela fait une ligne bien nette et claire comme de la comète vive
Parfois on sent que tout s’efface d’un souffle d’encensoir.
Perdre son temps, l’épaisseur de son corps, les mots.
Réserve de grange, sublime bien sûr, réserve de meule, de graines sans avenir.
L’aride sillon du poème.
Le perdre et s’attendre à la volée d’oiseaux, ou d’affamés
Continuer sa marche à l’évidange, savoir qu’on ira jusqu’où nos peaux d’avenir et nos peaux dépassées se touchent et collent. L’ascèse d’un silence.
Et puis à l’intérieur, entre les étoffes de la voix
Ces dernières farines, résiduelles résidences,
l’amour qu’on ne peut pas donner.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.