Journal poétique / www.jouyanna.ch

sésame

samedi 6 juin 2015, par Anna Jouy

on aimerait que la nuit débute par un mot, comme une porte. sésame la nuit entre ! et viens...
on aimerait que ce ne soit pas que ça, que des mots mais une épaisseur de langue. on a déjà tant fait de matelas sur le petit pois de douleur que c’est de mourir à l’italienne.
la nuit et ses manigances d’encres. ce fiel qui s’immisce dans ma fenêtre. j’ai peur.
un rêve m’attend qui grignote sur moi des fourmis rouges. j’ai peur.
et je regarde ces gens qui fuient du bar fumer leur solitude dans les arrière-cours. 400 nuits pour rien, 400 coups de batte.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.