Journal poétique / www.jouyanna.ch

à mon heure

vendredi 12 juin 2015, par Anna Jouy

te voilà endormi, perdu muet
tu dors à flanc battu dans les courses du rêve
ton corps a brisé des nuques bien plus raides,
les stolons des méduses de la poussée de fièvre
tu cherches noyé la porte de l’étang
ce sont des colonnes d’algues mauves et champêtres
on te réclamera le sésame d’un chant
tu feras mine d’avoir des dents en or.
et puis ta pirouette verglacée de toupie
soudain, tu surgiras
le ciel se videra dans tes poumons d’asphalte
et la vie fera de toi le faune et le roseau
je n’oublie pas que je fus nautile en ta rivière,
une éternité de silence
et la conque des barques pour Cythère


www.huffingtonpost.com1200 × 800Recherche par image
Rachel Preston ·

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.