Journal poétique / www.jouyanna.ch

un rêve

samedi 13 juin 2015, par Anna Jouy

Je me lève, je veux vider la caisse du monde des doublures. nous avons tous cette sensation de satin entre le corps et l’âme. L’eau est en train de se troubler. Remontent les vases qui effacent le royaume.
C’est une heure où il faut nager dans des matières neuves mi-chair mi-poisson. Et les prises d’air sont des trous dans les mitaines des sirènes.

C’était un enfant mort si petit qu’on l’enterra sous un pavé. Lui sa révolte et le monstre d’amour qu’il cachait à l’intérieur. J’avais un chant orthodoxe pour encenser l’histoire et défilaient le temps et ses compagnes. Il fallait dire juste car tout s’exécutait…

Et la vase me fera des falaises. C’est là qu’on use le vent à la lime, là qu’on efflanque ses cambrures. Le temps meulé, étrillé dans l’émeri d’un rêve...
.
Ça y est la nuit est sèche désormais. L’inverse vie trempe comme un iceberg.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.