Journal poétique / www.jouyanna.ch

minimum requis

samedi 27 juin 2015, par Anna Jouy

Après tout c’est mieux. Dans le repaire d’un coude, dessous, garder l’espace. Comme un très beau champ de travail. Une étendue cachée que j’ai à portée de mains. Le garde sous le coude un morceau d’infini et là, dans le recel, faire comme si de rien n’était. Poser le reste du corps sur la table, le buste et ses avantages hypnotiques. Donner joujou à l’apparence, cette quêteuse. Laisser le tour universel remodeler la chair et l’idée mais ne pas décoller le coude de son adhésion au secret. Je garde le territoire, j’y veille. Du grain poussière de la table de travail, veiller au bon usage. Il est précieux, le seuil de liberté, le regard des caniveaux, le saut de loup du vide gigantesque, la serrure millionnaire. à ne jamais l’éparpiller. Je le sauve de l’épars. Je me sauve.
Me mettre à l’écart

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.