Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 437

jeudi 6 août 2015, par Anna Jouy

J’arrose. Il fait de l’or, de l’or et des diamants, richesse de rivières
À peine le temps de quelques prunelles,
Poignée d’escarbilles pour faire grésiller l’aube
............... La porte n’ouvre pas grand-chose ou l’univers
Ce jardin contient la semence de l’eau, graines rares, graines de mer
Et l’océan me pousse perclus de myosotis
On prévoit une floraison de baigneuses, grappes nues heureuses
Et des crânes enrubannés de bonnets
Le cortex des fleurs
...............La porte n’ouvre pas grand-chose ou l’univers
Ce goupillon d’arrosoir baptise
Les soupirs d’une plage hallucinée
L’aube rêve .

< >

Messages

  • J’adore ce poème ; je m’y régale ! j’en absorbe la lumière, je m’y baigne.. Le corps effacé,je deviens la sève savoureuse, la nymphe qui va naître dans un pullulement scintillant de bleu et d’or ! Pure merveille !
    Vers préféré :" On prévoit une floraison de baigneuses, grappes nues heureuses

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.