Journal poétique / www.jouyanna.ch

poème au rien qui hante

vendredi 7 août 2015, par Anna Jouy

Rien, m’as-tu laissé
Un murmure le long du globe de la Terre
Des passes de bretteur langue lame dans le dos
Tous les courants qui frisent digitales de nuages sur les seins continents
Rien, la mèche des apéros de grenade, quelque chose qui rouge et goutte dans nos vers. Je ne t’ai plus, perceur de tempes qu’une botte secrète.
Rien, quand tu pointais ton doigt en vissant ma folie. Je pense à des étapes, des séquences, à la note levée, des corridors lents où s’étiolent les saisons, violettes ou baies de prés, dans le frotté des gencives, ce rien si parfumé, ce rien si éventé...
Tu me manques, comme on dirait le souffle, ruban cassé à la serpe lunaire.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.