Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 438

samedi 8 août 2015, par Anna Jouy

Il marche, fil tendu comme un poing
De rêve, de vie, de l’esprit mou du nuage

Il marche, de l’esquisse des ivresses
Le fluide lui va comme un orage, désespérément.

C’est aux vapeurs qu’il faut rendre ses comptes
Legs d’humide, autant de suées que de pluies
Juste avant
Juste avant
De tomber

Mais de la pointe ou du talon, c’est le chemin qui ploie
Le corps écartelé dans l’éphémère

Espaces vous m’êtes essences
Vos territoires sont plus vastes que le petit pois de ma chair
J’écume la chair
Il ne reste déjà qu’un grain qui attend de faire l’averse.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.