Journal poétique / www.jouyanna.ch

Il n’est pas un jour qui ne me reprenne. Et me...

lundi 17 août 2015, par Anna Jouy

Il n’est pas un jour qui ne me reprenne. Et me force. Il n’est pas un jour qui se satisfasse de ce dire, de ce faire.
Ma respiration est une ébauche, mon geste l’esquisse, le mot qu’épelé, dans le bégaiement des choses.
Il n’est pas un jour qui ne me corrige, m’efface, m’élime.
Mon regard très flou, ma peau d’abîme et mon pas, cette sorte de chute de l’arbre au fil des rotors.
Il n’est pas un jour qui n’orchestre la reprise, qui ne séquence l’horizon, qui ne me rabâche inlassable, et me rectifie
Pas un jour qui ne faille à me ressaisir et me poser de nouvelles consignes.
Pas un jour qui ne me grimpe sur le dos et m’indique l’autre endroit, ce lieu où je serais plus droite, plus intègre. Moins nue de riens.
Il faut m’amender. Réformer le teint pâle des feuilles, ajuster mon dit à des étalons moins sauvages.
Cette taille œillet après œillet. Quelle fleur jamais ?


www.blogdexiaolong.com1200 × 757Recherche par image

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.