Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 441

mercredi 19 août 2015, par Anna Jouy

Si je ferme la main, un poing
gros zéro comme le cœur
Si j’ajoute un poing neuf au rien que ça fait, d’une rage après l’autre, puis multiplie par dix régulièrement, l’infini entre dans ma chambre.
Il se tient là, une ligne médiane qui jamais ne peut s’éteindre
La moitié de ma chambre, la moitié de l’autre moitié, la moitié de l’autre Autre...ainsi sans fin.
Je suis dans la pataugeoire du temps
J’ai loué un espace microbe où il faut haler le naguère jusqu’au lendemain
Ici Dieu porte une jupe aux lés interminables et il tourne à la longe dans le paddock
Espérant peut-être que je leste ses cheveux qui volent
Pouvoir inexercé,
J’ai fait un infarctus du pas il y a un vieux temps déjà
Une bombe triste qui a fait exploser les lamelles du parquet en impasse des flexions.
Je me fous du point lambda, de l’inexorable fraction où le Seigneur patine
Je vais à la cuisine moi où boire un bon café.

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.