Journal poétique / www.jouyanna.ch

sur un thème connu...

mercredi 19 août 2015, par Anna Jouy

j’étais entrée dans la vie. c’était une effraction, grave. il aurait fallu peut-être me rebrousser l’essentielle essence mais alors tout de suite comme on se débarrasse des chatons ou des poussins. ne pas attendre que je fasse les yeux mouillés, le piaillement déchirant. une effraction, inscrite dans le truc, le casier judiciaire ou plus modestement au registre des dettes insolvables. la faillite intérieure.
par effraction, ai du sans doute user d’un pied-de -biche... je leur ai pas demandé, après coup. s’ ils avaient entendu craquer une porte, si l’alarme aurait dû fonctionner mais que..panne ou négligence, elle n’avait pas grillé le silence. j’avais franchi la limite, là où avant t’es tranquille et puis après tu le seras plus jamais. toujours à regarder derrière toi, si par hasard,si pour de vrai.. il n’y aurait pas une entrée plus naturelle. mais tu trouves rien et tu sais que c’est bien une vie de petit trou, de serrure élémentaire fracassée. de voleuse qui aurait peut-être bien fait d’oublier de se lever ce jour-là. t’as une tache quelque part, mais encore. c’est une tache cousue sous le paletot, insigne obligatoire et tenue de camouflage. tu entres par le noir, vêtu de noir et tu décantes ensuite le cirage dans lequel tu crochètes encore et toujours chaque puits.

< >

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.