Journal poétique / www.jouyanna.ch

je et toi, sur un air bien connu

dimanche 30 août 2015, par Anna Jouy

il n’y a pas plus neutre, plus banal que le "je".... on le croit personnel, oui. mais quiconque (infinité de quiconque) le prononcera fera sien tout ce qui suit. lire un texte à la première personne c’est sentir et accepter que voilà un autre, qui a investi ta bouche, ton corps, ta voix même et qui se met à parler de ta façon et dire et agir à ta place.
" je sortis ce jour-là, avec à la main ce cartable mou contenant toutes mes économies..." je sors et soudain j’ai un cartable et mieux même des économies. qui est ce je, si ce n’est moi lecteur...
il n’y a pas plus neutre, plus radicalement effaçant, que ce je qui s’embouche. aussi bizarre que cela puisse apparaître.
peut-être un lecteur ne sera-t-il point d’accord qu’ il devra aussitôt transformer ce je en tu..( parle pour toi...tu crois que j’ai du fric à mettre dans un cartable..!)
mais que dire de ce tu ? si ce n’est qu’il amplifie plus fort encore la présence de l’auteur. il te désigne. alors il se distingue de toi. tu qui interroge, tu qui interpelle renforçant l’identité de l’auteur. ce qui se dit, le tenant du propos, ce dernier se le gardant comme sa propriété, comme sa pensée, tout en cherchant une réaction de ta part, toi lecteur.

j’emploie le je les 3/4 du temps. est-ce que je parle de choses qui seraient miennes...? même en poésie, je est universel parce que je est humain.
et si par effet ou par désir je dis tu...alors c’est que le doute est en moi et que je crains de dire une chose à laquelle l’autre pourrait ne pas adhérer ou qu’il ne vivrait pas... le tu est mon doute, mon ombre, l’idée d’une altérité inviolable ou insaisissable dont le simple emploi me renforce moi l’auteur, mes idées mon style mon unicité

étrange détournement de pronoms


Je beline, tu biscottes, il barjique... - Liste de 31 livres - Babelio
www.babelio.com

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.