Journal poétique / www.jouyanna.ch

journal de l’aube 449

mercredi 2 septembre 2015, par Anna Jouy

Quand nous lisions des poèmes, nos ventouses palpant l’air, chaque pore éclos, zoa des cultures du vent, nous étions en couleurs, tu te rends compte !!
Nous retournions sans cesse à l’école, le jardin éternel, il faisait bon l’enfance, je veux dire la terre vierge, l’espace nu derrière la maison. Et ce qui poussait en nous avait des noms bizarres, planisphère, zéro, humérus, bonnet d’âme.
Je me souviens que répéter des leçons voulait dire faire le tour de la table sans fin, que je la regardais et murmurais table des matières couvre-toi. Et que c’était la formule. La bonne, la savoureuse.
Quand nous avions le même âge, l’âge des êtres frères, avec en notre atome, le vide pour tous les jours et demain, qu’il n’y avait aucune question ni de vie ni de mort, mais toutes les autres qui brassent autour. Quand tu étais une ellipse essentielle…
Je lis, la pieuvre curieuse écoute encore au stéthoscope le battement du cœur, le poème, qui se tient à bout portant. Mais le temps, le temps ?


www.reddit.com1200 × 674 zoa garden

< >

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.